Côte d'Ivoire / Bouake: Des religieux et chefs de communautés formés sur les droits de l'Homme et les conséquences de l'homophobie

imgp1.jpgLa discrimination et la stigmatisation à l'égard de la communauté LGBTI (Lesbiennes, Gay, Bisexuel, Trangenre, Queer et Intersexué) sont légions dans nos sociétes Africaines. En Côte d'Ivoire, plus particulièrement à Bouaké, ville située au centre de la côte d'ivoire, cette communauté est sous les griefs des populations. Pour pallier à cette forme d'injustice subie par cette communauté, l'organisation non gouvernementales  (ONG) Secours social, a organisé du mi-Juillet une formation à leur endroit. Formation à laquelle ont pris part  des guides religieux et chefs de communauté de la région de GBêkê. 

 

Pendant deux jours, les participants au nombre de dix (10) ont été formés sur " la thématique LGBTI, les droits de l'homme et les conséquences de l'homophobie.

 

L'objectif de cette formation selon la chargée de programme de l'ONG Secours social Koné Fatoumata Ballo est d'accroître la pertinence et l’influence de l’information et de la communication des défenseurs de droit de l’homme dans le recul des préjugés pour une meilleure acceptation des LGBTQI.

" Des gens ont des préjugés sur cette communauté. D'autres les traités des sous-hommes, des gens aux moeurs légères, des enfants ratés etc. Au regard de tout ce qui est dit sur nos membres, il est de notre devoir de renforcer les capacités des guides religieux et chefs de communauté parce que en formant ces leaders, ils pourront être mieux informés et serviront de relais dans leur différentes communauté pour une acceptation des LGBTQI. Ce qui a notre sens va freiner les différentes violences que subissent cette communauté" A t-elle déclaré. Avant de préciser que "Loin de faire la promotion de l'homosexualité, nous disons simplement aux gens que ces derniers existent et donc ils ont des droits comme tout être humain conformément à la déclaration universelle des droits de l'homme en son article 1. Notre seconde mission aussi est de briser la chaîne de contamination au VIH au sein de cette couche rendue vulnérable du fait de la stigmatisation et la discrimination qui les empêchent de fréquenter convenablement les structures sanitaires".

 

Le juriste Lacina Fofana formateur de ces sessions a abordé plusieurs modules dont le contexte LGBTI en Côte d'Ivoire. Les préjugés et les stéréotypes liées à l'homophobie, les conséquences de l'homophobie, les moyens de recours en justice en cas de violation des droits et le rôle des relais communautaires.

 

" les conséquences de l'homophobie sont énormes. On peut citer entre autres la perte d'estime de soi, la honte, l'abandon des études voir même le suicide"  a souligné le formateur.

 

Il a invité les participants à la promotion des droits de l'homme, au respect de la dignité humaine également.

 

Le porte-parole de l'union des chefs de communauté résident à Bouaké, à au nom des participants salué la contribution de tous. Il  s' est réjouit de cette formation, qui selon lui vient lever l'équivoques de la question du genre.

 

"Au sortir de cette formation nous devons retenir qu'on doit tout faire pour lutter contre les violences basées sur le genre et l'exclusion sociale.
Parce que même si nous trouvons que certaines personnes ne sont pas dans les normes sociales que nous connaissons,  au lieu de les rejeter, il faut mieux lutter pour leur insertion sociale. Ce qui va nous éviter beaucoup de désagréments.
Car en les rejetant, ils peuvent être à proie aux actes d'incivisme, à la propagation de certaines maladies comme le VIH, la tuberculose, les IST et voir même les suicide.Il nous incombe de les soutenir, les conscientiser, les approcher pour leur insérer dans les activités génératrices de revenus".

Il a encouragé les responsables de l'ONG Secours social à poursuivre cette mission pour une société équilibrée, émergente sans discriminations où chacun aura le droit de vivre paisiblement. 

 

Terminonss que cette formation s'inscrit dans le cadre du projet "Action de reconnaissance des LGBTI pour une société zéro" financé par ISDAO(Initiative Sankofa d'Afrique de l'Ouest).

 

Kalil Kamal 

imagedafrique2017@gmail.com