Côte d'Ivoire / Katiola : les producteurs de la noix de cajou sensibilisés au respect de la qualité des produits

imgp1.jpgLe trésorier général de la coopérative avec conseil d'administration du vivrier et du cajou (COOP-CA-VICA) a entamé une seconde opération de sensibilisation des productueur sur le respect du prix bord champ fixé à 400 fr/le kilogramme et de la qualité de la noix de cajou dans la région du Hambol et de la Bagoué, les 18 et 20 Mai 2020.

 

Le chef de délégation des différentes missions, Sindou Fofana, fait le bilan de la première mission dans la région du béré en Avril dernier.

 

《 Dans la région du béré cette première opération a été une réussite car avant de lancer cette opération les produits étaient achetés à 100 fr, 150 fr ou 250 fr/ kg. Mais notre opération à aider un bon nombre de producteurs》 S' est-il réjouit et d'ajouter que 《Nous avons constaté sur le terrain que nos producteurs avaient une grande quantité de leur production annuelle sous la main. En raison aussi de la pandémie COVID, ils peinaient à écouler leur produit au prix respecté par le gouvernement》a déploré Sindou Fofana.

 

L'objectif de cette tournée selon les responsables de ladite coopérative est d'approvisionner l'usine SITA de Yamoussoukro.

 

《 Le premier volet de cette opération à consisté à faire sortir 500 tonnes de noix de cajou dans la région du béré pour l'usine SITA. Ce second piloté par le Groupement d'intête économique (GIE) et le Groupement de  Producteurs Agricole, c'est encore 500 tonnes, à faire sortir dans les régions du hambol et de la bagoué》a expliqué le trésorier général de la coopcavica.

 

Toutes ces opérations, selon lui, ont pour seul but de façon consécutive, enlever toutes les productions des producteurs en premier et de les aider à les vendre au prix fixé par l'ETAT en secondo. 

 

Ces différents fonds mis à la disposition de la coopcavica, suffisent-ils pour l'achat de tous les produits dans ces différentes régions à forte taux de production? Sindou Fofana en appel l'aide de l'État.
《 L'état a déjà fait beaucoup mais nous lui demandons d'en faire encore plus en appuyant le GIE et le GPA avec des fonds conséquents afin de pouvoir évacuer jusqu'au dernier grain la production de nos producteurs car nous avons remarqué que nos producteurs disposent d'enormes quantités de produits encore stocké》 a t-il lancé. avant d'inviter les producteurs à la recherche de la qualité.

 

《 La chute ou la mévente des produits est la faute des paysans qui ne s' alignent pas au respect de la qualité du produit. Nous leurs demandons juste de bien trier, sécher et de mettre leurs produits dans des sacs juteux et les mettre dans un magasin aéré. Parce que ce qu'ils oublient,  ce n'est pas à nous acheteur ou à l'Etat qu'ils font du mal mais plutôt à eux-mêmes.
Quand le produit est bon, vous avez un bon prix. Si les produits des la Côte d'Ivoire sont de la bonne qualité , on aura de bon partenaires. En revanche, si nous avons des produits de la mauvaise qualité, des acheteurs véreux viendront acheter les produits à un prix dérisoire. C'est pourquoi nous les invitons à suivre les conseils du conseil coton anacarde à savoir, bien entretenir les champs, ramasser les noix à temps, respecter les trois jours de séchage et les entreposer sur des palettes 》a insisté Sindou Fofana lors de ces tournées.

 

Sylvain Faithè, Journaliste Radio
Correspondant presse en ligne Ivoire-express.net
Chargé de communication ONG Secours Social Bouaké
tel: (00225) 59 55 18 07 / 56 45 86 49